Santhià et ses environs

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Visite de Santhià

Parmi les principales attractions touristiques de Santhia comprennent:

◾ L'église paroissiale (distingué Collegiata de Sant‘Agata), avec la crypte romane adjacente de Santo Stefano

◾ L'église de la Sainte Trinité et des Apôtres Pietro et Paolo

◾ Les églises de San Rocco, Madonna della Travata et San Grato

◾ La Galerie Civique d'art moderne et contemporain

◾ Le château de Vettignè

◾ La station hydrométrique de Santhià.

 

L'église paroissiale de Insigne Collégiale de Sant’Agata et San Giorgio

 

(Source: site Web de la paroisse de Santhià) Le nom de la ville dérive de le médiévale Sancta Agatha, martyr chrétien, qui, à la demande de la reine Teodolinda, a été consacrée à l'église paroissiale; Santhià avec ce nom est déjà appelé avant le Xe siècle. Dans le centre de Piazza Roma se trouve le Palais Municipal, néoclassique, avec trois ordres, dont la partie supérieure est ponctuée par des pilastres cannelés à chapiteaux ioniques. Sur le côté droit de la place se dresse l'église de Sant’Agata, fondée au Xe siècle comme la Collégiale des Canoniques. La Collegiata, florissante dans les Xe et XIe siècles, vers la fin du XIIe apparemment est en crise, malgré les dons de l'évêque Uguccione; cependant, il a été en mesure de résister à des siècles et a été supprimée seulement à l'époque napoléonienne, en 1806; reconstitué en 1829, a enfin été aboli en 1855. Le bâtiment, de style roman, a été reconstruit d'abord dans le XVIe siècle, puis dans le style néo-classique actuel en 1836 par Giuseppe Talucchi. La façade est précédée d'un vaste portique néoclassique, avec fresques de Luigi Hartman avec des scènes religieuses. L'intérieur est divisé en trois nefs par deux grandes colonnades; le temps est la gloire de Sant'Agata, fresque de P.E. Morgari (1862); les murs sont peints par Hartman et Costa. Dans la nef gauche, la troisième chapelle accueille une précieuseretable de Gerolamo Giovenone (1531), divisé en dix tableaux qui représentent les saints détenteurs des anciens canoniques et les avantages de la paroisse. Au sommet, Santa Lucia, Santo Stefano, Sant’Agata, Sant’Eusebio, Santa Caterina (volé); ci-dessous, San Rocco, San Michele, la Vierge avec l'Enfant, San Giovanni Battista e San Sebastiano. De bonne facture du XIXe siècle est la statue de Sant'Agata de Vincenzo Giani (1861); l'organe, également à partir de 1861, est l'œuvre des frères Serassi de Bergamo. Dans la sacristie, ils sont tenus de belles armoires sculptées. Sous le presbytère vous descendez dans la crypte de Santo Stefano, qui est tout ce qui reste de l'ancienne église romane. L'ambiance, nue et sévère, peut être daté au deuxième quart du XIIe siècle. Dans l'aile gauche se trouve le baptistère carré, peint en 1898 par Bonelli. Le clocher est de l'époque roman tardif (XIIe siècle) et les vestiges des anciens murs crénelées du cloître canonique, construit avec de la pierre de la rivière, ont des traces de décorations florales.

 

 Collegiata di Sant'Agata Polittico di Gerolamo Giovenone (1531)

Église de la Sainte Trinité et des Apôtres Pietro et Paolo

Dans le centre historique, l'église possède un fine clocher baroque et abrite un autel en bois avec une soulevé sculpté et doré attribué à des sculpteurs de Biella (datant de la fin du XVIIe siècle). La composition contient un retable de l’école de Vercelli du XVIe siècle, représentant le Sainte Trinité et les Apôtres Pietro et Paolo.

 

Église de San Rocco, église de Notre-Dame de Travata et église de San Grato

L'église de San Rocco, qui était le lieu de rencontre pour les habitants de les villages de Bosafarinera et Romperone, est situé sur la route de San Germano, sur la Via Francigena. L'église de Notre-Dame de Travata est situé en pleine campagne, vers Tronzano, et est décorée de fresques anciennes. L'ancienne église de San Grato, maintenant désacralisée, est situé chez corso Sant'Ignazio da Santhià, à côté il y a la nouvelle église, dans un style moderne, et l'oratoire de San Grato.

 

La Galerie Civique d'Art Moderne et Contemporain

La Galerie Civique d'Art Moderne et Contemporain est logé dans l'Auditorium San Francesco, ancienne église du couvent des Frères Mineurs de San Francesco et puis ruelle de l'hôpital de San Salvatore. La galerie abrite plus de deux cents œuvres, le résultat des éditions ultérieures de l'Exposition nationale de peinture contemporaine qui décerne depuis 1964 le prestigieux prix national «Gaudenzio Ferrari».

 

Château Vettignè

Le château Vettignè est un vieux bâtiment d'origine médiévale de la région de Vercelli, situé dans le fraction de Santhià avec le même nom. Depuis les années soixante du XXe siècle, le château, après le dépeuplement de la fraction Vettignè, est dans un état d'abandon presque total. Le nom Vettignè vient de «vectigal», qui était le devoir payé pour obtenir le droit de passage du village, qui à l'époque était le carrefour de la route suisse et de la route Francigena. Le château a longtemps été la propriété de la noble famille Dal Pozzo et passé au branche du duc d'Aoste après le mariage de Maria Vittoria Carlotta, le dernier héritier des «Principes de laciterne», avec le prince Amedeo, duc d'Aoste et le roi d'Espagne. Le noyau de le château a été construit sur une structure plus ancienne, peut-être au XVe siècle. Elle est entièrement entourée de remparts en queue d'aronde, soutenu par de longues encorbellements ornés d'une bande décorative. La tour cylindrique d'une hauteur considérable, ressemble étroitement cela du château de San Genuario, en Crescentino. Entre le '500 et' 600 ont été construites les maisons, les entrepôts et la maison de maître qui est allé à fermer la cour centrale. Selon la légende, le mercenaire sanguinaire Bonifazio, dit Facino Cane, que les sources les plus fiables croient est né à Casale Monferrato , serait plutôt natif de Vettignè; voilà pourquoi le village de Vettignè, et la ville de Santhià même, étaient les seuls centres de la région qui ont été sauvés de la fureur du mercenaire.

 Castello di Vettignè

Station hydrométrique de Santhià

(Source: Ovest Sesia - Vercelli) La station hydrométrique est située dans la périphérie de la ville de Santhià, près de l'intersection entre le canal Naviglio d'Ivrea et la route de Tronzano, dans une zone proche du canal Naviglio d'Ivrea. Les événements de la station hydrométrique de Santhià sont d'un grand intérêt pour l'histoire des sciences hydrauliques, en particulier pour l'hydrométrique car ils reflètent les vicissitudes de l'irrigation dans les régions du Piémont et de Lombardie, affectées par le réseau de canaux Cavour. Quand le colossal travail hydraulique du canal Cavour a été complété, il était nécessaire de contrôler le grand flux de l'eau fournie pour l'irrigation avec des critères basés sur les lois théoriques et expérimentales reconnues exactes. La solution à ces problèmes a été le projet de la station hydrométrique, compilé au nom de la «Commission Canaux Cavour»; le projet, pour lequel l’estimation de dépenses était de 300.000 lire, a été approuvé le 14 Août, 1866 par le Consiglio Superiore dei Lavori Pubblici (Conseil Supérieur des Travaux Publics). Le complexe de la station expérimentale est un véritable laboratoire, composé d'un système de réservoirs et des sauts hydrauliques qui reproduisent exactement les caractéristiques du Canal Cavour. Le bâtiment des bureaux domine une grande partie du domaine occupé par les bassins expérimentaux. Les activités expérimentalesont cessé en 1922 et maintenant le complexe est sur l'utilisation conjointe des Canaux Cavour, constitué par les associations de l'irrigation Ovest Sesia de Vercelli et Est Sesia de Novara.